Chapitre 8 – Celui qui profite

TW: Ce chapitre contient des scènes érotiques explicites.

Noria était d’excellente humeur. Comme ne pourrait-elle pas l’être ? Ce matin elle s’était réveillée au côté de Seth, après la nuit d’amour la plus torride et intense de sa vie. Dans quelques jours elle allait partir, avec ce même homme, à la découverte du monde. Et il semblerait que finalement le cœur soit bien plus fort que la raison puisqu’elle était véritablement en train de tombée amoureuse de lui. Mais bon elle aurait bien le temps de découvrir si c’était véritablement de l’amour ou tout autre chose.

Aujourd’hui c’était entrainement au tir à l’arc. Raison de plus d’être en joie parce qu’elle adorait ça et était douée, ce qui ne gâchait rien. Elle avait mis en place des cibles, dans la clairière et il s’entrainait depuis lors. Ils ne pouvaient s’empêcher de se lancer des défis plus difficiles les uns que les autres.

– Bon et si on échangeait nos arcs pour pimenter un peu les choses.

– Hors de question Beau Gosse, c’est MON arc !

– Allez …

Il lui fit une moue tellement improbable qu’elle ne pût qu’éclater de rire.

– D’accord tu as gagné ! Mais prends-en soin, il est dans ma famille depuis des générations, c’est la seule chose que mon grand-père m’ait transmise.

– Super une relique !

– Moque-toi ! Mais cette arme est particulière, ça n’est pas elle qui s’adapte à toi mais c’est à toi de t’adapter à elle. Au début je n’arrivais même pas à tendre la corde. Il m’a fallu quelques mois avant d’y arriver. Essaie tu verras bien.

La jeune elfe lui tendit l’arc qu’il empoigna. Elle croisa les bras et le regarda d’un air de défi qu’il ne pouvait pas ignorer.

Il prit une flèche, l’encocha et tendit la corde. Enfin il essaya.

– Fenhendis ! Mais qu’est-ce que c’est que cette corde ? Et c’est avec ça que tu tires depuis ce matin ?

Noria éclata de rire.

– Eh oui comme tu vois. Petite mais costaud.

Seth la regarda avec un respect nouveau.

– Bon il y a un petit truc aussi, viens je te montre.

C’était un arc enchanté et l’astuce consistait à pincer la corde d’une certaine façon pour qu’elle se plie plus facilement à la volonté de l’archer. Par contre l’effort était récompensé par une flèche plus rapide et une visée plus facile.

Après quelques essais infructueux, Seth parvint afin à tendre l’arc et à toucher la cible.

– Wouaw ! Ça c’est de l’arc. Tes ancêtres ne se sont pas moqués de toi !

– Je sais. Garde le pour l’entrainement si tu veux.

Ils passèrent l’après-midi à tirer et plus la fin du jour approchait plus les défis devenaient stupides : tirer les yeux bandés ou encore essayer de déconcentrer l’autre pendant les tirs (et ils mettaient beaucoup de cœur à cet exercice). A la fin de la journée, Seth rendit son arc à Noria en se frottant l’épaule.

– Da’mi je retire tout ce que j’ai dit, c’est toi la plus forte !

Noria lui adressa un clin d’œil coquin :

– Eh oui Beau Gosse, je m’étonne que tu aies mis autant de temps pour t’en rendre compte ! Allez viens, on va s’occuper de ta pauvre épaule qui vient de travailler pour la première fois de sa vie !

– On a la mémoire courte hein ? Mais il me semble qu’elle a travaillé pour toi hier soir, cette nuit… et ce matin bien sûr !

– Pfff si j’avais su que passer la nuit avec toi te rendrait aussi insupportable j’y aurais réfléchi à deux fois.

– Non, mais tu vas voir ingrate !

Seth se précipita vers la jeune femme qui se mit à courir en poussant des cris perçants. Il ne lui fallut que quelques pas pour la rattraper. Il la prit par la taille et la balança comme un sac à patate sur son épaule, sous les protestations entrecoupées d’éclats de rire de Noria.

– Lâche-moi Seth !

Mais le jeune elfe ne fit pas mine de la lâcher, au contraire, il la maintient plus fermement et se dirigea vers la cabane en bois.

– Franchement Seth, remets-moi par terre ! Pourquoi est-ce que tu me portes sans arrêt ?

– Parce que je le peux ! Tu es si petite Da’mi !

En guise de représailles, Noria lui claqua violemment une fesse.

– Je ne suis PAS si petite que ça !

– Mais oui Da’mi, tu es effectivement plus grande qu’une naine si ça peut te rassurer.

Ils avaient atteint le seuil de la porte, qu’il passa sans s’arrêter. Il s’avança vers le lit et y lâcha la jeune femme sans plus de ménagement.

Les cheveux tout ébouriffés, le regard assassin, Noria lui tira la langue.

– Maintenant tu peux toujours courir pour le petit massage que je comptais te faire.

– Un massage ?

Noria passa les mains dans ses mèches dorées pour leur redonner un semblant d’ordre et croisa les bras en prenant des airs de princesse offensée.

– Oui mais c’est trop tard maintenant !

Seth s’assit face à elle et la fit basculer vers l’arrière, se plaqua contre elle et lui murmura dans l’oreille.

– Et si je promets d’être très gentil à l’avenir, hum ?

Puis il déposa quelques baisers lascifs sur le côté de sa gorge. Le cœur de Noria manqua un battement mais elle ne céda pas et exigea :

– Dis-moi quelque chose de gentil !

Seth soupira, réfléchit quelques secondes et finit par déclarer :

– Tu es la femme la plus surprenante que j’ai jamais rencontrée.

– Depuis quand surprenante est considéré comme un compliment ?

– Tu m’as dit un truc gentil, pas un compliment. Tu ne sais pas ce que tu veux !

Noria roula des yeux, exaspérée.

– Vraiment Seth tu sais parler aux femmes.

Il garda le silence pendant encore quelques secondes, puis un sourire démoniaque étira ses lèvres :

– Bien, alors je dirais que tu es exceptionnellement…savoureuse.

Noria piqua un fard. Carrément un fard. Chose qui ne lui était plus arrivé depuis son adolescence. Evidemment cela déclencha l’hilarité de Seth. La jeune elfe se releva.

– D’accord ça ira. Massage intégral ou partiel ?

– Intégral bien sûr.

– Alors à poil Beau Gosse !

– Et toi tu sais parler aux hommes.

Noria pouffa et se posta devant l’établi. Elle se nettoya les mains dans une bassine d’eau et choisit une huile végétale à base de grâce sylvestre qu’elle adorait. Puis elle retira son corset et son pantalon pour être plus à l’aise et alluma quelques bougies ainsi qu’un feu pour la nuit. Lorsqu’elle se retourna Seth était affalé de tout son long dans une pose alanguie, totalement nu, et sur son visage on pouvait clairement lire « Régale-toi, tout ça est pour toi ». Noria s’humecta les lèvres, devenues subitement sèches.

– Mets-toi sur le dos je vais commencer par ton épaule douloureuse.

Seth s’exécuta de bonne grâce. La jeune elfe s’approcha du lit et arrangea quelques oreillers en-dessous de sa tête.

– Maintenant détends-toi et laisse-moi faire.

Noria grimpa sur le lit et commença son ouvrage, faisant doucement rouler les muscles douloureux de Seth puis quand elle les sentit à nouveau souples sous ses doigts elle passa un peu de temps sur sa main qu’elle massa et effleura de douces caresses. Elle réserva le même traitement à son autre bras puis passa à ses pieds et ses jambes. Elle remonta sur les fesses ou elle prit tout son temps, faisait littéralement ronronner de plaisir Seth, qui faisait de gros efforts pour rester éveillé. Elle se mit ensuite à califourchon sur lui et attaqua son dos, remonta sur sa nuque et finit par masser doucement son cuir chevelu tout en chantonnant un air doux qu’elle aimait particulièrement.

– Tu as des doigts de fée.

Noria se pencha vers son oreille et mordilla gentiment le bout pointu.

– Oui et je n’en fais pas profiter n’importe qui. Maintenant retourne toi.

Noria recommença à peu près le même trajet. Elle commença pour ses bras, puis ses jambes et s’attaqua à son torse qu’elle explora à loisir. Il ne lui restait plus qu’une zone et manifestement Seth s’en était aussi rendu compte. Il avait les yeux grands ouverts, brillants d’anticipation, et s’était relevé sur ses coudes. Doucement elle massa son sexe, comme si c’était l’objet le plus précieux du monde et quand elle le sentit durcir elle passa sur la peau sensible plus bas. Les ronronnements de plaisir s’étaient transformés en gémissements. Les hanches de Seth se soulevèrent au même rythme que ses va-et-vient. Noria se pencha vers lui et l’embrassa doucement, un baiser chaste et pur. Elle déposa ensuite mille baisers sur son visage sans jamais arrêter son massage.

– Seth, laisse-moi te faire l’amour.

Le jeune homme gémit plus fort, empoigna sa nuque et l’embrassa violemment.

– Viens.

Un simple mot qui la combla de joie. Lentement elle se redressa, défit les boutons qui retenaient sa chemise un à un, en prenant tout son temps et enfin s’en débarrassa. Lorsqu’elle fut nue à son tour, elle se plaça à nouveau au-dessus de lui et se coucha sur son torse. Elle positionna son sexe au-dessus du sien et se frotta à lui tout en l’embrassant, les titillant tous deux, sans jamais le prendre en elle. Doucement elle descendit de quelques millimètres pour accueillir son gland dans la chaleur de son intimité et ne bougea plus. Seth agrippa ses hanches à deux mains et crispa les mâchoires. Il esquissa un léger mouvement de hanche.

– Ne bouge pas Seth, laisse-moi faire.

Elle sentit son corps se crisper sous l’effort et ses doigts s’enfoncer presque douloureusement dans sa peau. Noria déposa de tendres baisers sur sa bouche et recommença sa lente descente. Puis arrivée à mi-parcours elle descendu rapidement pour le prendre tout entier en elle. Ils gémirent à l’unisson, la délivrance était aussi bonne que l’attente fut longue. Noria bougea ses hanches tout en observant la moindre émotion sur le visage de son amant. Ce soir elle voulait dédier son corps au plaisir de Seth et manifestement elle y parvenait. Eperdu, Seth avait fermé les yeux et basculé légèrement la tête vers l’arrière. Les mouvements de hanches de Noria s’accélérèrent, facilité par l’huile qui faisait glisser plus facilement leurs deux corps l’un contre l’autre. Seth ne pût s’empêcher d’accompagner ses mouvements, aidant le bassin de la jeune femme à monter et descendre. Noria redressa la tête et le regarda dans les yeux. Il était proche de la délivrance, elle le savait. Alors elle se redressa complètement et le prit plus loin, plus fort. S’en était fait de lui, elle le sentit bander ses muscles. Il cria son nom et l’agrippa par les cheveux pour la refaire descendre sur son corps afin de coller sa bouche contre la sienne.

Pendant qu’il retrouvait ses esprits, la jeune elfe déposa une pluie de baiser sur son visage. Même si elle n’avait pas joui elle n’avait jamais ressenti une telle plénitude. Voir le visage de Seth pendant l’orgasme était une chose dont elle ne pourrait jamais se lasser. Voilà, ce fût à ce moment-là qu’elle comprit. Contre toute raison et tout bon sens, elle était vraiment tombée amoureuse de lui.

Seth ouvrit les yeux et lui sourit.

– Merci Da’mi.

– Tout le plaisir est pour moi.

Seth rit doucement.

– Si tu crois que c’est fini, tu te trompes complètement.

– Ca n’est pas nécessaire tu sais.

Brusquement Seth bougea et sans trop comprendre comment, elle se trouva couchée sur le lit, Seth au-dessus d’elle.

– Il ne sera pas dit que j’ai laissé une femme insatisfaite.

Noria posa alors sa main sur sa joue et lui dit :

– Qui te dit que je ne suis pas satisfaite.

Seth lui adressa un sourire incertain. Il ne savait pas trop comment interpréter le comportement de la jeune elfe ce soir. Elle semblait différente et ses yeux brillaient d’une lueur indéchiffrable. Il prit ses lèvres encore et encore. L’un de ses mains vagabonda sur son corps et descendit vers son sexe. Il titilla légèrement son clitoris avant de descendre plus bas et d’insérer deux doigts dans son intimité. Noria gémit et s’agrippa aux épaules de Seth. Il commença un va et vient régulier et lorsqu’il trouva l’endroit qui la fit hurler de plaisir, il l’attaqua sans merci tout en embrassant la naissance de ses seins. La main de Noria trouva celle du jeune homme qui n’était pas occupée à lui procurer un plaisir intense et elle entremêla leurs doigts. Elle sentait la jouissance venir.

– Seth regarde-moi, je t’en prie !

Etonné, l’elfe releva la tête et croisa le regard de la jeune femme. Ses yeux dorés se voilèrent d’un coup et son corps entier se tendit sous l’effet d’un puissant orgasme.

Seth libéra ses doigts du sexe de Noria s’installa sur le côté du lit et pris la jeune elfe dans ses bras, son dos contre son torse.

– Finalement je ne suis pas sûr de pouvoir quitter cet endroit.

Noria rit doucement, bien sûr qu’il en serait capable.

– Qu’est-ce que tu comptes faire après cette mission ?

– Je ne sais pas Da’mi, je n’y ai pas vraiment réfléchi. Et toi ?

« Rester avec toi ». Mais elle n’osa pas lui avouer, elle avait trop peur de sa réaction.

– Je ne sais pas non plus. J’imagine que j’ai encore le temps d’y réfléchir. On verra bien ce que l’avenir me réserve.

Chapitre précédent

Chapitre suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *