Chapitre 7 – Celui qui laisse parler la passion

TW: Ce chapitre contient des scènes érotiques explicites.

Elle devait rêver. Oui ça devait être ça, elle devait faire l’un de ces rêves qui vous paraissent parfois tellement vrais. Et pourtant tout lui paraissait bien réel, la chaleur des mains de Seth qui avait emprisonnés son visage et ses lèvres douces sur les siennes. Son baiser n’avait rien de passionnel ou de possessif, c’était plutôt d’une tendresse à la faire fondre complètement, aussi léger qu’une aile de papillon. Elle eut à peine le temps de se rendre compte de ce qui lui arrivait que Seth s’éloignait déjà. Il posa son front contre le sien et frotta affectueusement le bout de son nez contre celui de la jeune elfe.

– Noria je…

Oh non, elle n’allait pas laisser passer sa chance, elle voulait goûter ses lèvres pas juste les caresser brièvement. Elle l’agrippa par le devant de sa tunique, écrasa sa bouche contre la sienne et coupa net ce qu’il voulait lui dire. Pendant un moment elle redouta qu’il ne la repousse, mais pour son plus grand bonheur, il fit descendre l’une de ses mains sur la nuque de Noria et passa l’autre bras autour de sa taille fine, l’attirant plus près encore. La jeune elfe écarta légèrement les jambes, et Seth en profita pour se faufiler entre elles. Elle fit enfin ce qu’elle souhaitait depuis leur rencontre ; elle passa les bras autour de son cou, et enfouit ses mains dans les longs cheveux de Seth.

Noria mordilla sa lèvre inférieure, et enfin, elle obtint ce qu’elle voulait, l’accès à sa bouche. Leur baiser s’approfondit et ce fut comme si la foudre venait de les frapper. Elle gémit doucement et entoura les hanches du jeune homme de ses jambes fines. Par Mythal que c’était bon ! Elle ne se rendit compte que maintenant à quel point elle désirait ce baiser, à quel point elle le désirait lui !

Ils s’embrassèrent encore et encore, comme s’ils ne pouvaient se rassasier l’un de l’autre, des baisers tantôt tendres, tantôt passionnés qui ne firent qu’accroître encore son désir.

A contre cœur ils se séparèrent, leurs souffles hachés seuls bruits perceptibles dans la cabane. Leurs regards se trouvèrent et ne se lâchèrent pas. Ils ne dirent pas un mot. C’était inutile, tout ce qu’ils avaient besoin de savoir se trouvait déjà là, dans le brillant de leurs yeux dorés.

Elle ne savait plus quoi faire, comme hypnotisé. Elle avait peur de le faire fuir si elle effectuait le moindre geste. Heureusement pour elle, la fuite n’était pas du tout dans l’esprit de Seth à ce moment précis. La voyant hésitante tout à coup, il la rassura d’un sourire. Doucement, il approcha ses doigts des lanières de cuir qui retenait son corset en place, sans pour autant détacher ses yeux des siens. La pièce de cuir tomba au sol, inutile. Il s’attaqua ensuite à sa chemise de coton qui rejoignit le corset au sol. Seth la regardait toujours dans les yeux et cela, bien plus que la caresse froide de l’air contre sa peau nue, la fit frissonner. Fébrilement, elle le déshabilla à son tour, lui retirant sa tunique et sa ceinture. Il fit un pas en avant et la prit dans ses bras, leurs peaux nues se rencontrant pour la première fois. Il se pencha vers elle et reprit ses lèvres. Noria posa les mains sur ses épaules pleine de tâches de rousseur et s’y accrocha, comme si elle voulait s’ancrer à lui. Leurs langues livrèrent à nouveau bataille dans une danse sensuelle qui lui chavira le cœur et l’esprit. Les mains de Seth s’égarèrent le long de ses côtes dans une lente caresse, alors que sa bouche libéra ses lèvres. Il passa une main dans ses cheveux et les tira légèrement vers l’arrière. Puis il traça un sillon de baiser sur sa peau offerte. Il remonta d’abord de sa joue vers son oreille ou il s’attarda sur le lobe, puis il redescendit en embrassant sa gorge. Il s’arrêta dans le creux de son cou qu’il mordilla légèrement.

Seth profita de leur différence de gabarit pour soulever Noria en la tenant pas les fesses. Il la plaqua contre un mur libre de la cabane et la souleva jusqu’à ce que sa bouche soit au même niveau que la poitrine de Noria, qu’il attaqua comme un homme affamé, mordillant, léchant, embrassant suçotant tout ce qui lui tombait sous les lèvres. Face à cet assaut inattendu, Noria rejeta la tête en arrière et ouvrit la bouche en un cri silencieux. Elle ne pût que maintenir la tête de Seth pour que jamais il n’arrête cette douce torture. Finalement il laissa ses lèvres remontées vers sa gorge, sa mâchoire et la laissa glisser doucement le long de son corps pour que ses pieds touchent à nouveau terre. Aussitôt, Noria se mis sur la pointe des pieds pour reprendre sa bouche et partit à l’assaut de son torse dont elle traça les muscles de ses doigts. Rapidement elle laissa l’une de ses mains vagabonder plus bas, vers la bosse qui venait déformer son pantalon. Elle pressa gentiment son sexe durci à travers l’étoffe et ce simple contact fit gémir Seth qui entoura à nouveau son visage de ses larges mains. Elle joua alors de la langue, sans arrêter ses caresses. Les hanches de Seth bougèrent imperceptiblement, cherchant plus de contact. Il rouvrit les yeux et croisa le regard coquin de Noria qui se lécha les lèvres de manière très suggestive. Il ne la lâcha pas des yeux alors que la jeune elfe se laissa tomber à genoux devant lui. Sans détourner le regard elle défit les lanières qui retenaient son pantalon et le fit glisser le long de ses jambes. Seth s’en débarrassa en quelques gestes et retint son souffle.

Noria aimait jouer avec ses partenaires. Elle fit d’abord courir un doigt le long de son membre, plusieurs fois, et joua un moment avec la petite fente de son gland, soufflant légèrement dessus. Seth crispa les mâchoires et gémit de frustration.

– Noria prends-le !

La jeune elfe sourit devant cette petite victoire. Comme elle en mourrait de toute façon d’envie, elle accéda à son désir. D’une main elle le prit fermement à la base et engloutit son gland dans la chaleur de sa bouche. Seth gémit à nouveau et agrippa les cheveux de la jeune femme d’une main. Noria commença un lent va et vient de sa bouche et de sa main. Elle aspira, lécha, embrassa pour le seul plaisir de sentir les ongles de Seth s’enfoncer dans son cuir chevelu et pour entendre ses gémissements de plaisir. Elle finit par le prendre entièrement en bouche en accélérant les va et vient et Seth l’accompagna de mouvements de hanche maîtrisés. L’une des mains de Noria empoigna ses fesses tandis que l’autre caressa la peau douce de ses testicules. Elle n’avait jamais autant pris de plaisir à en donner.

Après quelques minutes de ce traitement particulier elle sentit les coups de reins de Seth s’accélérer et devenir plus erratiques mais elle voulait aller jusqu’au bout. Malheureusement Seth ne lui en laissa pas l’occasion. Il tira légèrement sur ses cheveux pour la faire se relever et c’est avec déception que Noria laissa s’échapper son sexe. Elle embrassa chaque parcelle de peau sur son passage, traçant de sa langue les Vallaslins sur son torse. Seth attira son visage jusqu’à lui et l’embrassa longuement. Puis il la souleva à nouveau par les fesses et se dirigea vers le petit lit. Il la fit s’asseoir tout au bord, se mit à genoux devant elle et la débarrassa rapidement de ses derniers vêtements. Noria appuya ses deux mains sur le lit et se pencha légèrement en arrière, les yeux pétillants d’anticipation.

Seth en joua, lui décochant son sourire si spécial et fit promener son regard sur le corps offert de la jeune elfe. Elle était certes petite mais non dépourvu de formes. Et ce qu’il avait imaginé sous la couverture le jour de leur rencontre ne lui rendait absolument pas justice. Il mit une main bien à plat sur sa gorge et commença à descendre doucement, effectuant des arabesques sur sa poitrine puis sur son ventre et sur ses cuisses.

Il planta son regard dans le sien et lui écarta subitement les cuisses. L’odeur de son excitation titilla ses narines et lui donna envie de la dévorer, ici et maintenant. Mais il comptait bien faire monter l’excitation à son paroxysme. Il empoigna les cuisses de Noria de ses mains et se mit à les pétrirent doucement de ses pouces en remontant doucement. Il en profita pour positionner ses fesses au bord du lit. Il se pencha ensuite vers elle et embrassa son ventre. Il lécha son nombril et commença à descendre, terriblement lentement, sans cesser ses caresses sur ses cuisses.

Le souffle de Noria s’accéléra. Oh oui plus bas encore ! Elle le voulait et elle le voulait maintenant. Elle gémit et essaya de forcer sa tête à descendre plus. Enfin il se positionna en face de son sexe. Il souffla doucement dessus, rendant la jeune femme complètement folle de frustration.

– Seth…

Autant un cri de frustration que d’espoir.

– Chuuuut Da’mi. Patience.

Enfin, enfin il posa sa bouche sur son sexe, dans un baiser intime qui lui fit perdre toute pudeur. Elle écarta encore plus les jambes et plongea les doigts dans les cheveux de Seth.

Seth déposa de doux baisers sur son sexe et à l’intérieur de ses cuisses, puis il commença à laper lentement, comme un chat devant un bol de crème. Il lécha, embrassa, mordilla le moindre millimètre carré de sa peau. Noria qui s’était laissée tomber sur le dos, ondulait des hanches et ravissait les oreilles de Seth de gémissements et de ronronnements de plaisir. Lorsque la langue habile de Seth la pénétra, elle eut un hoquet et son corps se cabra instantanément et lorsqu’elle bougea en elle, elle crût mourir de plaisir.

La langue du jeune homme remonta vers son clitoris qu’il harcela. Noria était au bord de la jouissance, mais ça ne suffisait pas à Seth, il voulait tout lui donner. Doucement il la pénétra avec un doigt. Elle était chaude, douce et terriblement humide. Il commença un mouvement de va et vient et continua son travail sur son bourgeon de plaisir. Les gémissements de la jeune elfe étaient de plus en plus sonores. Elle était très proche, il pouvait le sentir dans la contraction de ses muscles intimes et dans la pression de ses doigts dans ses cheveux. Un léger mordillement sur son clitoris suffit à la faire basculer complètement. Elle poussa un grand cri qui se noua dans sa gorge et elle se cambra tellement fort que son dos ne touchait plus le lit. Très satisfait de lui Seth continua à la combler jusqu’à ce qu’elle redescende des cieux où il l’avait propulsée. Après avoir repris son souffle elle se remit assise, pris le visage de Seth entre ses mains et l’embrassa à pleine bouche, goûtant son nectar sur ses lèvres. Par les Faiseurs que ça avait été bon ! Cet homme savait ce qu’il faisait et pour son plus grand plaisir c’était sur elle qu’il exerçait ses talents.

Noria le fit alors basculer sur les fesses et s’assit sur lui à califourchon. Elle recommença à l’embrasser aussitôt tout en passant une main derrière elle, à la recherche du sexe de Seth. Elle le prit à pleine main et se positionna juste au-dessus. Elle détacha ses lèvres des siennes, plongea ses yeux dorés dans les siens, puis descendit doucement sur son sexe dressé. Les deux amants gémirent au même moment, en communion parfaite. Elle ne le quitta pas des yeux alors qu’il la pénétra entièrement d’un puissant coup de rein. Elle ne pût s’empêcher de rejeter la tête en arrière dans un cri de pur plaisir. Jamais elle ne s’était sentie aussi…complète. Elle sentit les mains de Seth enserrer ses hanches et lui donner une légère impulsion. La jeune elfe comprit, et commença à onduler des hanches tout en imprimant un mouvement du haut vers le bas. Seth embrassa la gorge offerte de la jeune femme. Les mouvements de Noria s’accélérèrent et elle posa son front tout contre le sien tout en l’entourant de ses bras, comme si elle voulait ne faire plus qu’un avec lui.

Mais Seth en avait assez de rester passif. Il souleva la jeune femme, qui poussa un cri d’indignation qui le fit rire. Il se releva et la guida vers le lit. La jeune elfe grimpa dessus et se mit à genoux en lui tournant le dos, les bras en appui sur le mur. Elle tourna la tête pour rencontrer le regard de Seth et se cambra légèrement. Celui-ci ne se fit pas prier et se positionna derrière elle. Il la pénétra sans préambule les mains sur les hanches de la jeune elfe. Cette nouvelle position lui permit d’aller plus loin encore, ce qui les fit tous deux gémirent. Seth commença alors à bouger, à un rythme rapide et régulier.

Noria essaya de suivre la cadence et s’accrocha aux aspérités du mur pour tenir sous les coups de rein de son amant. Elle sentait déjà l’orgasme arrivé, encore plus violent que le précédent. Elle n’arrivait plus à penser, seuls les gémissements et le nom de Seth, qu’elle répétait comme une prière, un mantra, arrivaient à franchir ses lèvres.

Seth de son côté n’avait pas de mot pour décrire ce qu’il ressentait, enfouie en plus profond de la femme qu’il considérait autant comme une amie que comme une amante. Il sentait, que ce qui se passait là, allait bien au-delà de la simple jouissance du corps, il se sentait presque à se place. Bientôt il ne fût plus capable de former une pensée cohérente et se laissa tout simplement aller au plaisir. Sentant que Noria était toute proche de la jouissance, il accéléra encore la cadence.

Noria ne touchait plus terre et lorsque le plaisir l’emporta enfin elle se pencha vers l’arrière pour mieux savourer les vagues de la jouissance. Seth se laissa lui aussi aller et lorsqu’il se sentit jouir en elle, il la serra contre lui et chercha ses lèvres pour étouffer son cri dans la bouche de Noria.

Hors d’haleine, ils se laissèrent tomber sur le lit et se serrèrent l’un contre l’autre. Noria, à moitié juchée sur le corps de Seth, avant la tête sur son torse et y suivait lascivement ses tatouages d’un doigt, pendant que le jeune homme caressait son dos.

C’est d’une voix enrouée qu’il lui demanda :

– Pourquoi on se disputait déjà ?

Noria releva la tête et croisa son regard :

– Je ne sais plus et je ne veux pas savoir.

– Bonne idée, oublions ça !

Le silence retomba entre eux. Noria se releva pour chercher une couverture, retourna se pelotonner contre son corps chaud et les en drapa.

– Seth ? Est-ce que …hum.

– Quoi ?

– Est-ce que tu m’en voudrais beaucoup si je te disais que je crois que je suis en train de tombée amoureuse de toi.

Elle sentit le corps de Seth se tendre comme un arc mais finalement il se détendit et la serra fort contre lui.

– Non Da’mi je ne t’en voudrais pas.

Tout doucement, le visage enfoui dans ses cheveux, il souffla :

– Au contraire.

Chapitre précédent

Chapitre suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *