Chapitre 6 – Celui qui se laisse embrasser

– C’est avec une grande joie que je souhaite vous annoncer officiellement la coopération entre votre clan et le nôtre. Dans quelques jours, Aradan, l’apprenti de votre archiviste et Noria, l’une de vos meilleures chasseresses se joindront à nous pour notre retour au clan Lavellan. Puis ils partiront avec deux des nôtres pour leur mission. Mais ce que vois surtout aujourd’hui, c’est le début d’une nouvelle ère pour les elfes… ou enfin notre race retrouve une partie de ce qu’elle a été …

Eh bien l’archiviste Deshanna Istimaethoriel était en grande forme aujourd’hui ! Noria roula des yeux en direction de Seth qui lui répondit par un clin d’œil appuyé. Manifestement lui aussi trouvait que l’Archiviste exagérait beaucoup trop.

Depuis leur petite retraite forcée dans le cabanon, une étrange complicité s’était formée entre eux, comme s’ils se connaissaient depuis des années. Mais elle ne devait en aucun cas s’emballer. Quoiqu’elle ressente à son égard, elle allait devoir tout contenir. Après tout, il n’avait finalement rien tenté de sexuel envers elle, un léger flirt c’était bien tout. Elle n’était sûrement pas à son goût. De son côté il était évident qu’elle aurait voulu bien plus, mais elle appréciait sa compagnie et cette entente qui s’était établie entre eux. Elle trouvait cela bien plus précieux qu’une simple partie de jambes en l’air. Si elle devait rester dans la zone « amis », soit, cela lui ferait mal mais elle pouvait vivre avec ça. Elle allait juste devoir s’empêcher de fantasmer trop souvent et brider ses élans de jalousie. Etait-elle amoureuse ? Difficile à dire, après tout, il ne se connaissait que depuis quelques jours. Mais en tout cas, elle savait qu’elle n’avait jamais ressenti ça pour personne d’autre. Et chaque jour passé à ses côtés ne faisait que renforcer ce sentiment. A la simple idée de partir enfin à l’aventure, son cœur s’emballait, ses mains devenaient moites et un grand sourire éclairait ses traits. Mais partir au côté de Seth, en qui elle avait toute confiance, et qu’elle considérait déjà, au moins comme un ami, c’était la cerise sur le gâteau !

Elle intercepta le regard de Seth, qui lui fit un léger mouvement du menton vers la forêt. Ils avaient convenu de se retrouver là-bas, dans la cabane. Elle avait de nombreux préparatifs à faire et Seth avait proposé de l’aider. Il ne demandait qu’une seule chose en échange, le secret de sa potion anti-gueule de bois ! Oui Seth ne perdait vraiment pas le Nord. Elle le vit s’éclipser discrètement à l’ombre des arbres et allait le suivre, mais elle se fit intercepter par les membres de sa famille, qui tous, voulaient la féliciter. Sa mère avait des larmes dans les yeux et son père et ses frères et sœurs présents lui donnèrent tous un tas de recommandations et de conseils pour vivre hors du clan, comme si Noria allait partir à l’instant. Franchement ils étaient impossibles ! Heureusement pour Seth, il avait accès à l’intérieur du cabanon, parce qu’avec leurs bêtises elle mit de longues minutes avant de pouvoir enfin prendre congé. Puis il fallut parler aux Archivistes et à Aradan avec qui elle allait devoir également coopérer. Elle ne le connaissait pas très bien. En tant que futur Archiviste, il avait évolué dans une sphère différente des autres enfants du clan. Elle prit donc sur elle de discuter avec lui. Il semblait être un jeune homme sensé et prudent, enfin pour un mage en tout cas.

Une fois ces formalités « protocolaires » accomplies, elle pût enfin se diriger elle aussi vers le couvert des bois.

Seth s’ennuyait ferme. Mais que faisait-elle ? Cela faisait une éternité qu’il l’attendait. Finalement il se résigna à ouvrir la porte du cabanon. Cela le gênait un peu, comme si ce simple geste équivalait à bien plus. Et s’il y réfléchissait, bien sûr que cela valait bien plus. Noria lui avait donné libre accès à son « jardin secret «, à son intimité. Et bizarrement cela lui parut presque normal, lui qui fuyait comme la peste toute forme d’emprisonnement. Là dans cette petite cabane, il se sentait bien.

Il ouvrit donc la porte et la laissa ouverte pour la jeune femme, espérant qu’elle ne tarderait pas trop. Il fit courir ses mains sur le bois de l’établi et emplit ses poumons de l’odeur maintenant presque familière des plantes et autres fleurs qui séchaient.

Il entendit subitement du bruit à l’extérieur et s’apprêta à accueillir Noria mais ça n’était pas elle sur le seuil de la porte. C’était la jeune rousse du bal, celle qui avait déclenché une bagarre générale. Comment Noria l’avait-elle appelé ? Dara ? Cara ? Ah non Dana ! Oui c’était ça ! Elle lui avait semblé bien effacée mais visiblement, la jeune elfe était bien plus entreprenante que cela pour l’avoir suivi jusqu’ici. Elle avait dû attendre, pour ne pas éveiller ses soupçons.

Très sûre d’elle, la flamboyante rousse entra dans la cabane et se dirigea vers lui en ondulant exagérément des hanches. Comment avait-il pu la trouver séduisante ? Elle était tout simplement vulgaire.

– Eh bien je suppose que des félicitations sont de rigueur, n’est-ce pas ? Je suis Dana, fille du forgeron.

– Euh oui merci, enchanté de te rencontrer Dana. Tu ferais mieux de rentrer au clan, ton père va s’inquiéter de ton absence non ?

– Oh ça ne risque pas, il est parti faire des achats dans la ville Shem la plus proche. J’ai tout mon temps.

Elle se colla presque à lui, l’emprisonnant entre elle et l’établi de bois et posa une main sur son torse.

– J’ai vu comment tu me regardais pendant le bal, et cet endroit est tout à fait charmant en vérité, très romantique. Noria est occupée en ce moment, elle ne nous dérangera pas tout de suite. Et si on en profitait pour prendre du bon temps toi et moi mmh ?

Elle approcha ses mains de la ceinture de Seth mais celui-ci les intercepta et essaya de les maintenir à l’écart de son corps.

– Holà tout doux ! Il ne me semble pas t’avoir donné la permission de me toucher !

– Oh mais je n’ai besoin de personne pour prendre ce que je veux. Aller arrête un peu, tu en meurs d’envie !

Elle ne lui laissa même pas le temps de répliquer quoi que ce soit, elle se projeta en avant et presser ses lèvres contre celles de Seth.

C’est évidemment à ce moment qu’il entendit une voix sur le pas de porte :

– Seth ?

Noria se dépêcha de rejoindre son jardin. Connaissant Seth il devait déjà s’ennuyer à tourner en rond en l’attendant. Elle espérait qu’il n’allait pas tripoter ses plantes et fioles, il pouvait se blesser, avec tout ce qui se trouvait là-dedans. Arrivée à la clairière, elle remarqua tout de suite l’absence de Seth mais vit la porte de la cabane ouverte. Elle accéléra le pas, pressée de lui raconter les inepties que sa famille venait de lui dire. Elle entendait déjà son rire résonner dans sa tête.

Elle se figea soudain sur le pas de la porte. Oui Seth était rentré dans la cabane. Mais il n’était pas seul. Dana était collée à lui et il l’a tenait pas les bras. Pour la presser plus fortement contre lui ? La repousser ?

Elle ressentit comme un coup de poing en pleine poitrine. Comment pouvait-il lui faire ça ? Ici ? Dans sa maison ? Son cocon ? Cet endroit qui était devenu au fil des jours comme leur secret à eux, à eux seuls ? Il osait ramener cette trainée ici ? Elle n’eut que la force de souffler :

– Seth ?

Aussitôt les visages de Seth et de Dana se séparèrent et c’est avec une expression abasourdie que Seth la regarda. Dana ne semblait pas plus mal à l’aise que cela. C’est d’une voix blanche que Noria déclara :

– Dana, si tu as, ne serait-ce qu’un seul neurone encore actif, je te conseille de t’en aller maintenant et rapidement et de ne jamais, mais alors jamais remettre les pieds ici !

La rousse essaya bien de répliquer :

– Non mais pour qui …

Mais Seth lui ordonna d’une voix froide :

– Barre-toi. Maintenant.

Indignée la jeune elfe se précipita dehors et Noria se décala légèrement pour la laisser passer.

Blanche comme un linge, Noria entra dans la cabane et referma la porte derrière elle. Seth n’avait pas bougé. Elle commença :

– Je sais que je ne n’ai pas le droit de dire quoi que ce soit sur ce que je viens de voir. Mais j’emmerde le droit ! Vous êtes deux adultes consentants mais…

Sa voix se brisa légèrement.

– … mais pourquoi ici Seth ? Merde, pourquoi chez moi ? Tu as le monde entier pour la baiser si tu le souhaites, mais il a fallu que tu l’invites ici ?

– Noria écoute un peu avant de …

– Avant de quoi ? De piquer une crise ? Bordel, oui je vais piquer une crise !

Elle s’approcha de lui et commença à marteler de ses poings la poitrine du jeune homme.

– C’est déjà assez difficile comme ça mais il faut que tu compliques encore plus les choses !

– Noria …

Mais elle ne l’écoutait absolument pas, aveuglée par sa traîtresse jalousie et la colère.

– C’est plus fort que toi hein ? C’est MA maison, je t’ai laissé y entrer, je t’ai ouvert MA porte ! Mais il a fallu que tu gâches tous les bons moments qu’on a passé ensemble ici, rien que tous les deux…

– Noria laisse-moi en placer une !

– Va te faire foutre Seth ! J’en ai ma claque moi, alors sors d’ici et …

Il stoppa les martèlements de ses poings, la prit par la taille, la souleva et la fit s’asseoir sur l’établi, de sorte que les yeux de la jeune femme soient au même niveau que les siens.

– Maintenant tu vas m’écouter, Da’mi.

Pour le coup Noria se tint coïte.

– Cette espèce de nymphomane m’a sautée dessus ! Je n’aurais jamais essayé quoi que ce soit avec elle ici, surtout pas ici. D’accord ?

– Bien sûr, comme c’est pratique ! C’est la vilaine fille qui est nymphomane hein !

– Franchement je suis déçu que tu penses ça de moi !

– Oh et puis ça va être de ma faute à présent !

– Rhaaa mais tu me rends dingue Noria ! Pourquoi ne peux-tu pas me croire tout simplement ?

– Parce que j’ai encore l’image de toi et de cette… cette catin en train de vous bécoter sur mon établi et que ça me semblait bien réel comme vision !

– Bien ! Parfait ! Il ne nous reste qu’à changer cette vision !

Noria n’avait aucune idée de ce qu’il voulait dire par là. Mais bien vite elle eut sa réponse, lorsque les lèvres de Seth se posèrent sur les siennes.

Chapitre précédent

Chapitre suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *