Chapitre 4 – Celui qui a l’air de comploter

Noria avait mis un temps infini à se préparer, comme d’habitude, et la fête battait déjà son plein quand elle sortit enfin de sa tente. Pour l’occasion, son clan avait vraiment mis les petits plats dans les grands. Une grande tablée avait été dressée près du feu de camp principal, à la mode des Shemlens, un grand feu avait été allumé et la musique résonnait déjà. Tout le monde semblait bien s’amuser.

Elle eut à peine le temps de faire un pas que sa mère se jeta littéralement sur elle :

– J’ai appris pour ce matin Noria, j’espère que tu sauras te tenir ce soir.

Elle examina la jeune elfe d’un œil critique.

– Par Mythal ma fille, étais-tu vraiment obligée de mettre cette robe ce soir ?

Noria haussa un sourcil. Elle la trouvait très bien cette robe, c’était sa préférée, faite sur mesure par la même humaine qui lui avait confectionner ses autres vêtements et elle n’avait évidemment rien de conventionnel. C’était une robe longue et fluide, dorée, dont le corsage ouvert laissait voir l’espace entre ses seins, mettait en valeur sa taille fine et était nouée derrière son cou. Elle n’avait rien de sage mais rien de vulgaire non plus, pas de quoi provoquer cet air furibond sur le visage de sa mère en tout cas.

Exaspérée par sa réaction Noria, défendit l’honneur de sa robe :

– Maman je t’en prie, arrête le mélodrame ! Je suis très bien comme ça.

– Je n’ai jamais dit que tu n’étais pas belle ma fille, juste qu’elle ne correspond pas vraiment à notre mode.

Noria posa une main sur son cœur et pris un air de hahl battu:

– Et tu sais bien à quel point ça me chagrine.

Sa mère éclata de rire, elle ne pouvait rien faire face au charme de sa cadette.

– Allez file donc t’amuser !

Noria ne se le fit pas dire deux fois. Elle passa entre les différents groupes qui s’étaient formés, salua tout le monde et fit semblant de ne pas voir les regards interloqués de tous. Enfin elle repéra sa bouée de sauvetage dans cette mer d’individus hostiles.

Seth était affalé sur un siège, le regard dans le vide, un verre à la main. Rapidement elle le rejoignit. Il l’aperçu bien vite et elle apprécia le regard admiratif qu’il lui lança. Arrivée devant lui, Seth se leva, lui pris la main et pressa doucement ses lèvres sur le dos de sa paume, déclenchant une série de frissons chez la jeune elfe. Il s’inclina légèrement et déclara à la mode Orlésienne :

– Vous êtes en beauté ce soir, madame.

Noria ne put s’empêcher de sourire devant l’accent qu’avait pris le jeune homme et lui répondit sur le même ton :

– Vous n’êtes pas mal non plus, très cher.

Et c’est vrai qu’il était renversant dans sa longue tunique écrue qui lui collait au corps comme une seconde peau. Il avait ramené ses cheveux en chignon ce qui faisait ressortir le doré de ses yeux et de ses piercings. Il lui décocha son sourire qui avait la capacité de lui couper les jambes, lui avança un siège à côté du sien et lui tendit un verre de vin.

Noria s’installa et pris une gorgée du breuvage.

– Au moins toi tu sais apprécier une robe. Quand je l’ai portée pour la première fois, ma mère a failli faire une syncope. Alors qu’est-ce que j’ai manqué ?

– Rien de bien important pour le moment. On devrait peut-être se mêler aux autres non ? A rester à l’écart on dirait qu’on complote quelque chose tous les deux.

Noria fit un vague geste de la main qui tenait son verre.

– Passe devant ! Moi je compte rester sagement assise, m’enivrer, manger un peu et cancaner. Pas forcément dans cet ordre-là.

Seth roula des yeux.

– Quoi et même pas un petit meurtre ou un petit complot pour cette occasion si spéciale ?

– Tu rêves Beau Gosse ! Mon clan est peut-être ouvert sur beaucoup de sujets mais reste assez conservateur sur certain point. Et les meurtres pendant les banquets ne font certainement pas partie de nos habitudes.

Noria intercepta les nombreux coups d’œil dont Seth faisait l’objet, apparemment elle n’était pas la seule à le trouver séduisant ce soir. Seth les remarqua aussi et lui demanda :

– Bon puisque manifestement tu ne veux pas réchauffer mon lit ce soir, je vais devoir choisir quelqu’un d’autre.

Noria ne put empêcher le petit pincement de jalousie qui lui comprima le cœur. Voilà autre chose, la jalousie maintenant ! Faisant comme si de rien n’était, elle lui demanda :

– Tu as déjà jeté ton dévolu sur quelqu’un ?

Seth lui indiqua une jeune elfe plantureuse, plus âgée qu’eux de quelques années à la longue chevelure noire. Noria ne put s’empêcher de pouffer :

– Quoi, Briena ? Alors là, je te déconseille vivement ! Elle a passé la trentaine et depuis elle est à la recherche frénétique d’un mari. Elle a déjà essayé de piéger mon frère et le faisant boire. Alors c’est à tes risques et périls.

Seth la regarda d’un air mauvais.

– Tu n’es qu’une rabat-joie !

– Je viens de t’éviter le mariage et c’est comme ça que tu me remercies ? Si c’est comme ça, je te laisse faire et te souhaite bonne chance ! Tu penseras à m’inviter pour ton mariage surtout …

Noria fit mine de se lever mais la main de Seth sur la sienne l’en empêcha.

– Fenhendis tu es impossible ! Reste et surveille mes arrières.

– C’est si gentiment demandé…

– Bon, elle alors ?

Il lui montra Dana, une jolie rousse, un brin effacée qui discutait avec sa mère.

– Oh oui pourquoi pas… mais j’éviterais de me faire la fille du forgeron si j’étais toi, la dernière fois qu’elle a osé danser avec un homme, ça a fini en bagarre générale.

Puis d’un ton de conspiratrice elle ajouta :

– Je crois que le père a quelques soucis de « relation » avec sa fille, une espèce de complexe d’Oedipe inversé.

Seth grimaça de dégoût, il y avait quand même des limites à la débauche. Il lui montra ensuite quelques autres femmes qui ne trouvèrent pas non plus grâce aux yeux de la jeune elfe. Ils en étaient à leur troisième verre et s’amusaient beaucoup, au dépend de toutes ces femmes.

Finalement il finit pas dire :

– Bon on oublie les femmes ! Et les hommes alors ?

Noria lui lança un regard surpris, puis haussa les épaules et lui dit :

– Pour avoir testé, je t’avoue qu’il n’y a rien de bien folichon à se mettre sous la dent.

Ils continuèrent à discuter alors que de nombreux danseurs avaient envahi les abords du feu de camp.

Noria sentit à un moment le regard hostile de Beren sur elle et Seth mais elle n’y prêta pas plus d’attention que cela. Il allait vite passer à autre chose et il redeviendrait le jeune homme plutôt sympathique qu’elle connaissait. L’Archiviste Lavellan s’installa un moment avec eux puis se retira, fatigué par le long voyage de la nuit dernière. La musique avait ralenti, passant sur des danses plus intimes et plus langoureuses. Seth riait aux éclats après une anecdote croustillante que Noria lui racontait, quand subitement la jeune elfe se tourna vers lui et lui souffla :

– Danger en approche, je répète danger en approche !

– Quoi ? Ca y est, tu es déjà saoule après trois malheureux verres ?

Finalement il finit par comprendre quand il aperçut la brune de tout à l’heure se diriger vers lui, une lueur de détermination dans le regard qui ne lui disait rien de bon.

– Oh oh, j’ai besoin d’aide là.

– Mais qu’est-ce que tu veux que je fasse ? Je simule un malaise ? Je me jette sur toi ?

La dernière option n’aurait pas déranger la jeune femme, mais on plein milieu de deux clans réunis c’était du suicide ! Ils n’eurent pas le temps de mettre au point un plan que Briena était déjà sur eux. Elle se mit devant Seth et évidemment lui proposa :

– Andaran atish’an, me feras-tu l’honneur de danser avec moi ?

Seth perdit contenance devant le « danger », il se leva et bafouilla légèrement :

– Euh et bien c’est-à-dire… que euh… je viens d’inviter Noria donc je vais devoir refuser.

Briena se tourna vers la jeune elfe et lui lança un regard mauvais :

– Noria ne danse pas.

Celle-ci allait approuver quand la main de Seth se referma sur la sienne et qu’il la propulsa littéralement hors de son siège.

– Avec moi, elle va danser.

Et il l’entraina vers le groupe d’hommes et de femmes qui bougeaient au même rythme que la musique.

Noria, le cerveau un peu engourdi par l’alcool, finit par comprendre ce qui lui arrivait et freina des quatre fers. Elle empoigna la main de Seth qui la tirait vers les danseurs.

– Seth lâche moi ! Je ne danse vraiment pas ! Je suis une catastrophe ambulante sur une piste de danse.

– Trop tard Lethallan ! On est partenaire maintenant.

– Non vraiment je t’assure c’est une très mauvaise idée.

Mais effectivement il était trop tard. Ils étaient déjà près de la piste. Seth parut beaucoup s’amuser devant l’air totalement paniqué de Noria. Calmement, il l’a pris dans ses bras et lui montra les pas. Après quelques hésitations, ils évoluèrent entre les autres couples.

– Noria arrête de regarder tes pieds, ils ne vont pas disparaitre, tu sais.

La jeune femme lui lança un regard furibond.

– Ça t’amuse hein ? Je croyais qu’on était partenaire, or là c’est moi qui suis en danger.

– Arrête ton baratin ! Et puis tu t’en sors très bien.

Et c’était vrai, ils formaient un sacré couple. Dommage que Noria soit si crispée.

– Détends-toi Lethallan, j’ai l’impression de danser avec un joli morceau de bois dans une robe.

L’alcool et la petite blague de Seth firent leur effet, Noria gloussa et se détendit enfin. Elle commençait même à apprécier la danse. Elle se laissait totalement guider par Seth qui semblait maitriser la situation à merveille, évoluant avec grâce au sein des autres danseurs. Noria se sentait de mieux en mieux, tout tournait autour d’elle, le visage de Seth lui souriant devient son ancre dans ce flou qu’était devenu le monde autour d’eux.

Finalement la musique se stoppa et les danseurs aussi. A bout de souffle Noria essaya de retrouver le sens de l’équilibre, soutenu par un Seth qui ne semblait même pas indisposé. Le monde était trop injuste.

Très fier de lui, celui-ci lui sourit encore :

– Tu vois, ça n’a rien de bien compliqué.

– Enlève-moi tout de suite ce petit sourire hypocrite ! Et tu m’en dois une je te signale.

Seth haussa les épaules et lui concéda :

– D’accord mais avoue que tu as aimé ça.

– Alors là tu peux toujours rêver très cher !

– Pourquoi souris-tu encore alors ?

– C’est l’alcool, je suis en plein délire.

– Tu n’as bu que quelques verres.

– Tu vas toujours contester tout ce que je dis comme ça ?

– Oui.

– Chouette !

Durant leur petite joute ils avaient regagné leurs places respectives. Noria s’affala assez peu gracieusement sur son siège et repris un verre. Il allait au moins lui falloir ça pour se remettre de ses émotions. Subitement elle changea d’avis.

– Bon pour éviter ce genre de problème à l’avenir, je te propose de kidnapper une ou deux bouteilles et de finir la soirée plus tranquillement dans un coin.

Seth haussa un sourcil interrogateur :

– Tu me proposes quoi exactement ?

– Laisses-moi reformuler, je te propose de finir la soirée en ma compagnie et en tout bien tout honneur. Toi, moi, du vin et les étoiles.

Avec un petit sourire, elle ajouta :

– A discuter bien sûr ! A quoi est-ce que tu t’attendais ?

Seth rit doucement.

– Rien du tout. Aller, passe devant je te suis !

Noria les mena près d’un petit ruisseau paisible, loin du tumulte de la fête. Ils s’allongèrent dans l’herbe et recommencèrent à discuter tranquillement de tout et de rien. Ils s’échangèrent de temps en temps la bouteille de vin qui finit par se vider doucement. C’est bien plus tard et plus éméchés que le couple se décida à regagner le camp, quasiment désert à cette heure avancée. Noria avait passé son bras sous celui de Seth et le guidait assez maladroitement vers la tente qui lui avait été allouée. Elle failli s’affaler plusieurs fois, ce qui n’eut pour effet que de les faire glousser comme des gamins en train de faire une bêtise.

Finalement ils arrivèrent devant la tente de Seth. C’est tout naturellement que Noria se redressa sur la pointe des pieds et embrassa Seth sur la joue tout en lui souhaitant bonne nuit. Puis elle s’éloigna d’un pas peu assuré vers sa propre tente. Distraitement Seth se frotta l’endroit où les lèvres de la jeune fille se trouvaient il y a encore quelques secondes et sourit doucement.

Chapitre précédent

Chapitre suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *