Chapitre 2 – Celui qui teste

Seth n’avait pas pu s’empêcher d’observer Noria depuis qu’elle était entrée dans la pièce. Elle semblait avoir retrouvé son calme, dommage ! Il l’a trouvait charmante en colère ! Elle ne cessait de le surprendre, à commencer par ces vêtements. Elles ne ressemblaient vraiment pas aux Dalatiennes qu’il avait croisées durant sa vie au sein des Lavellan.

Il savait qu’il ne la laissait pas indifférente, comme de nombreuses femmes avant elle et même quelques hommes. Et qui était-il pour refuser le plaisir librement consenti ? Une seule règle, ne jamais mêler les sentiments au sexe. C’était en général synonyme de larmes, de drames et de déceptions. Très peu pour lui.

Il n’écoutait évidemment rien de ce qui se disait et scruta la jeune elfe.

Celle-ci se mit subitement à rougir. Oh c’était assez discret mais comme il était en train de l’observer il ne pouvait pas le louper. Qu’est ce qui se passait dans cette jolie petite tête ? Rougissait-elle de colère, de frustration, de désir ?

Subitement elle releva la tête et le regard qu’elle lui laissa ne lassa plus la place au doute. Eh bien il semblerait qu’il se passe des choses peu recommandables dans cette tête et il irait même jusqu’à supposer qu’elle était en train de penser à passer du bon temps avec lui. Pour le simple plaisir de la gêner encore plus, il lui décocha le sourire qu’il savait parfaitement irrésistible. Aucune réaction de sa part ? Rafraichissant ! Maintenant que le jeu était lancé, les paris étaient ouverts. Combien de temps lui résisterait-elle ?

Elle finit par détourner le regard et fit son possible pour paraître distante et insensible à son charme. Puis elle se leva soudainement et sortit de la tente. Il décida immédiatement de la suivre. Après tout ça n’était pas comme si cette petite réunion l’intéressait, c’était même tout le contraire.

Silencieusement il sortit à son tour. La discrétion et la filature c’était son truc après tout et il était même foutrement doué pour ça, en tout modestie. De plus, il suspectait que sa proie ne serait pas trop difficile à suivre. Effectivement, et à sa grande déception, elle ne lui offrit pas un grand challenge, s’enfonçant de plus en plus dans la forêt sans même essayer de couvrir ses traces. Amatrice !

Finalement il atterrit dans une toute petite clairière avec un petit jardin de plantes en son centre à côté d’une construction en bois. Il n’y connaissait pas grand chose en botanique mais il lui sembla que certaines d’entre elles étaient utilisées pour la confection de poison, et plutôt violent avec ça. Par contre pas de Noria en vue. Où était-elle passée ? Il n’avait pas pu la perdre, c’était totalement impossible. C’était comme si les traces s’arrêtaient nettes. Puis tout se passa très vite.

Il n’eut pas le temps de réfléchir plus longtemps, lorsqu’il sentit un poids poussé contre l’arrière de ses genoux. La surprise l’empêcha de réagir tout de suite, il tomba donc vers l’avant. Il eut à peine le temps de toucher le sol que dans un même mouvement il se retourna et sortit sa dague prêt à faire face à son adversaire. Il s’apprêta à se redresser quand son opposant se jeta lourdement sur lui, obligeant son dos a rencontré le sol. Il sentit un corps féminin sur le sien et une dague aiguisée sur sa joue. Eh bien finalement peut-être pas si amatrice que ça !

 

Noria ne put contenir un large sourire lorsqu’elle vit l’air surpris de Seth. Elle se pressa d’avantage contre lui jusqu’à que leurs visages se touchent presque, la dague toujours positionnée sur sa joue.

– Ts ts ts, ça n’est pas très poli de suivre une jeune fille innocente dans son jardin secret. Je te déconseille fortement de bouger, ajouta-t-elle en pressant plus fermement la dague.

Seth reprit vite contenance, un sourire ironique sur les lèvres il posa son regard doré sur la petite dague posée sur sa peau.

– C’est avec ça que tu comptes me tuer ?

– Te tuer ? Quelle drôle d’idée ! Non je pensais à une torture plus lente pour te punir de l’humiliation de ce matin.

Elle savait parfaitement que sa menace était totalement veine et qu’il pourrait se libérer très vite s’il le souhaitait. Comme il ne faisait pas mine de bouger et semblait simplement attendre la suite, elle poursuivit.

– Ma dague est enduite d’une mixture maison. Si celle-ci entre en contact avec ton sang tu passeras certainement les heures les plus horribles de ta vie à vomir tripes et boyaux.

Seth grimaça.

– Ça tombe plutôt mal j’ai horreur de salir mes vêtements !

Elle était beaucoup trop proche de lui, les yeux dans les siens. Il fallait qu’elle recule avant de faire quelque chose de stupide, d’inconvenant voire totalement humiliant, voire tout ça à la fois. Mais avant qu’elle ne puisse esquisser le moindre geste, elle sentit la main de Seth se poser doucement dans le bas de son dos. Distraite, elle mit du temps à sentir quelque chose contre sa cuisse. La dague que Seth avait eu le temps de sortir avant qu’elle ne se jette sur lui était maintenant pressée fermement contre son artère fémorale. Un seul geste et il pouvait la tuer. Ah l’excitation du danger ! Elle ne la vivait pas souvent mais elle adorait ça ! Elle l’avait gentiment attiré là où elle le voulait et avait réussi à le surprendre. Mais il avait su reprendre l’avantage, démontrant qu’il était un adversaire digne d’elle. Elle ne relâcha pourtant pas la pression de sa dague mais lui sourit à nouveau :

– Egalité ?

– On peut dire ça comme ça.

Bizarrement ils ne firent aucun geste pour se dégager, se contentant de rester ainsi, la tension entre eux, s’accroissant à chaque seconde qui passait, leurs visages tellement proches l’un de l’autre qu’elle pouvait sentir le souffle de sa respiration contre ses lèvres.

– Mmm tu pourrais peut-être retirer ta dague de ma cuisse, et ta main de mon dos tant que tu y es.

– Toi d’abord, souffla-t-il avec un sourire sensuel à souhait. Après tout c’est toi qui a commencé …

– C’est franchement ridicule !

– Je suis d’accord !

Ils auraient pu continuer comme ça toute la journée ou en tout cas jusqu’à ce que Noria craque et l’embrasse comme elle désirait le faire depuis ce matin, si un bruit soudain devant eux ne les avait pas distraits. Noria releva la tête et Seth se tordit le cou pour apercevoir qui les surprenait dans cette position plutôt délicate. Les pas s’arrêtèrent, ayant atteint la clairière et une voix, au timbre furieux d’homme, demanda :

– Je vous dérange peut-être ?

Noria se releva brusquement. Seth écarta la lame de son corps. Elle se mit debout et s’exclama :

– Beren qu’est-ce que tu fiches ici ?

Celui-ci regarda d’un air mauvais Seth se redresser à son tour et épousseter ses vêtements.

– Je te cherchais Noria. Je voulais parler de …euh de cette nuit.

– Oh non pitié pas encore !

Elle échangea un regard contrit avec Seth et lui dit :

– Désolée, j’ai une petite crise à régler.

Seth croisa les bras et lui lança son fameux sourire.

– Prends ton temps.

Tout en grommelant contre Beren pour les avoir interrompu, elle s’approcha de lui.

Quel dommage que cet abruti les ait interrompu, il savait qu’il était à deux doigts de passer aux choses sérieuses. Il aurait aisément pu se défaire de son étreinte mais pour ça il aura fallu qu’il en ait envie, or il avait vraiment apprécié de sentir ses douces courbes féminines contre lui.

Seth ne voulait pas écouter ce qui allait se dire. Vraiment il ne le souhait pas. Mais il n’y pouvait franchement rien si ils ne s’étaient pas assez éloignés pour ne pas se faire entendre et si son ouïe était particulière bonne.

– Ecoute Beren, on en a déjà parlé, alors je t’en prie épargne moi une énième demande en mariage d’accord.

– Mais enfin Noria tu ne vas pas continuer comme ça ! Tous les hommes du clan te traitent de trainée !

Seth vit la jeune femme rougir de fureur, froncer les sourcils et posa les mains sur ses hanches.

– Mais qu’ils viennent donc me le dire en face ! Oh mais ils n’oseront jamais, ils ont bien trop peur des poisons que je pourrais glisser dans leur repas ! Quelle bande de lavettes !

Elle semblait réellement furieuse. Et il pouvait comprendre. Ca n’était jamais agréable de se faire traiter de putain.

– Maintenant tu vas ouvrir grandes tes oreilles Beren : je-ne-veux-pas-t’épouser d’accord ! Ni toi ni personne ! Je suis une adulte, tu es un adulte et nous avons tous les deux consenti de passer du temps ensemble, essentiellement au lit. C’était sympa mais ça ne va pas et ça n’ira jamais plus loin ! Je ne t’ai jamais promis le contraire.

Seth avait comme une impression de déjà vu, il s’était déjà retrouvé dans la même situation que Noria, et il devait avouer qu’elle était bien plus dure que lui avec ses conquêtes. Le pauvre Beren était livide et serrait les poings de colère.

– Tu fais une grosse erreur Noria. Tu vas le regretter.

– Mais oui c’est ça. Soit gentil, rentre à la maison et trouve toi une gentille fille.

Noria le regarda s’éloigna l’air songeur, puis brusquement elle se tourna et s’avança vers lui.

– Alors que me vaut l’honneur de cette filature ?

– Mmm juste la curiosité. Au fait depuis combien de temps est ce que tu savais que je te suivais ?

Noria roula des yeux et ses lèvres s’étirèrent sur un petit sourire en coin.

– Depuis le début, Beau Gosse ! Je dois dire que tu es franchement très doué mais là tu joues sur mon terrain. J’ai été plus forte c’est tout !

Alors là il était franchement vexé. Mais bon elle n’avait pas tort, et il allait devoir se dérouiller un peu. La vie en ville et en forêt était très différente.

– Mouais disons que tu as du potentiel.

Noria éclata de rire.

– On a vraiment l’impression que ça te fait terriblement souffrir de me l’avouer. Ne t’inquiète pas, ton ego s’en remettra et je suis sûre que tu es habile dans d’autres domaines…

Eh bien elle venait de passer au niveau supérieur dans le flirt. Pour la tester et voir quel type de femme elle était vraiment il lui lança :

– A propos d’autres domaines, il semblerait que ton lit soit disponible ce soir, vu que … Beren c’est ça ? est hors course. Que dirais-tu de tester mes … autres compétences ?

Si elle acceptait sa proposition comme ça, il l’enverrait sur les roses. Avec elle, il avait envie que les choses soient plus difficiles. Il avait envie de voir en elle un challenge, pas un plaisir facile.

Heureusement elle ne le déçut pas. Elle croisa les bras, le toisa de haut malgré sa petite taille et haussa un sourcil.

– Je crois que la petite scène de ce matin t’as légèrement induit en erreur. Je ne suis pas la prostituée du clan. Je choisis qui, je choisis quand.

Et elle ajouta en le regarda de haut en bas.

– Et je ne t’ai pas choisi, j’irai même jusqu’à dire que préfèrerai me faire piétiner par un troupeau de druffles !

Il savait qu’elle mentait mais peu importe. L’information principale c’est qu’elle ne voulait pas lui céder facilement et ça lui allait parfaitement. Il ne pouvait pas refuser un challenge surtout quand on lui présentait sur un plateau. Et puis il fallait bien qu’il se l’avoue, il avait aussi envie d’elle. Il y avait quelque chose chez elle qui l’attirait sans trop savoir quoi exactement. Elle était vive, pleine d’esprit et irradiait d’énergie.

Délibérément, il se rapprocha d’elle, posa son index sous son menton pour croiser son regard et fit aller et venir son pouce sur la peau de son menton.

– Quel dommage ! Mais est-ce que ça ne sonne pas comme un défi ? J’adore les défis.

Les yeux de la jeune elfe se voilèrent légèrement mais elle se reprit et recula d’un pas.

– Je suppose que tu ne m’as pas suivi pour me jouer ton numéro, Beau Gosse ?

Mélodramatiquement, Seth poussa un soupir à fendre l’âme.

– Il n’y a rien à faire dans ce trou de toute façon !

Noria éclata de rire.

– Si tu savais ! Bienvenue dans mon clan ! Cela dit je n’allais rien faire de très palpitant non plus, juste quelques potions de mon cru et un peu de jardinage…Il vaut mieux que je me fasse un peu oublier aujourd’hui. Je suis sur liste noire depuis euhm… le « problème » de ce matin.

– Donc tu es une espèce de maîtresse des poisons ?

– Maîtresse des poisons ? Ça sonne bien ! Mais c’est vite dit. Je suis plus ou moins autodidacte et disons que mes expérimentations tournent parfois… un peu mal.

– Montre-moi ! Après tout je n’ai rien de mieux à faire dans l’immédiat, ça pourrait même s’avérer utile.

– A tes risques et périls Beau Gosse, mais je ne suis pas responsable de ce qui se passera ! Suis-moi et surtout ne touche à rien !

Seth ne put s’en empêcher, il lui décocha son sourire de séducteur et lui lança :

– Ça je ne peux pas te le promettre !

Chapitre précédent

Chapitre suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *